affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Brèves > Géorgie : Le parlement transféré à Koutaïssi, l’opposition se fait entendre à (...)

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Brèves

Géorgie : Le parlement transféré à Koutaïssi, l’opposition se fait entendre à Tbilissi

4 juin 2012

Le 26 mai dernier, la Géorgie célébrait l’anniversaire de sa première indépendance. A cette occasion, le président Mikhaïl Saakachvili a annoncé le transfert du parlement de Tbilissi dans la deuxième ville du pays, Koutaïssi. Ce choix s’inscrit dans une volonté politique de décentralisation du pouvoir, dans un pays en pleine mutation et soumis à des tensions séparatistes dans ses zones frontalières avec la Russie. De leur côté, les forces d’oppositions, peu audibles jusqu’à ce jour, se renforcent et pourraient bien faire entendre leurs voix lors des prochaines élections législatives au mois d’octobre.


Un nouveau parlement vient d’être inauguré cette semaine à Koutaïssi, la deuxième ville de Géorgie. Une séance parlementaire symbolique s’est tenue dans le nouveau bâtiment dont la construction n’est pas encore achevée. Les députés continueront de se réunir à Tbilissi jusqu’à l’automne, période où se tiendront également les prochaines élections législatives. L’opération, estimée à 65 millions d’euros, est un signe politique fort, « le symbole de la nouvelle Géorgie » selon Mikhaïl Saakachvili. Le but est de désenclaver Koutaïssi, ville industrielle de 185 000 habitants située à 220 km de Tbilissi et de fédérer les forces du pays en décentralisant les organes du pouvoir.

Confronté aux guerres séparatistes en Abkhazie et en Ossétie du Sud cette dernière décennie, le président Saakachvili, au pouvoir depuis 2004, avait mené une lutte obstinée contre la corruption qui touchait le pays depuis l’époque post-soviétique. En parallèle, ses positions hostiles au Kremlin avaient contribué à dégrader les relations entre Moscou et Tbilissi. Le date du 26 mai est à ce titre symbolique car elle marque la première indépendance de la Géorgie face à l’empire russe en 1918 (la terre natale de Staline sera envahie par l’URSS trois ans plus tard et restera sous sa domination jusqu’en 1991). Le sentiment nationaliste, très développé dans le pays, constitue une des bases du discours de Mikhaïl Saakachvili, qui cherche, selon lui, « à accomplir son rêve de renverser le gouvernement de Géorgie ».

Cependant, malgré une certaine libéralisation et une position pro-européenne, le gouvernement en place laisse peu d’espace pour l’émergence d’une opposition politique à l’intérieur du pays. Les célébrations du 26 mai ont été marquées l’an dernier par la répression d’une manifestation d’opposants à Tbilissi qui a fait deux morts et des dizaines de blessés. Désorganisée et étouffée par le manque de moyens, l’opposition est incarnée depuis peu par une personnalité atypique. Bidzina Ivanishvili, un oligarque franco-géorgien, a effectué une entrée surprenante en politique en fondant son mouvement « Le rêve géorgien » et en organisant le 29 mai dernier une manifestation qui a réuni plus de 80 000 personnes dans la capitale. Très critique sur les dérives autoritaires de Mikhaïl Saakachvili, il souhaite faire entendre l’opposition lors des prochaines législatives du mois d’octobre. Le pouvoir géorgien a immédiatement déchu de sa nationalité celui qu’il considère comme le « candidat du Kremlin ». Une autre manifestation doit avoir lieu le 7 juin prochain dans la capitale.

Sources : RFI (audio), Romandie, Courrier International

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Brèves

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0