affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Brèves > Erythrée : un rapport révèle l’existence d’une route de trafics d’armes et (...)

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Brèves

Erythrée : un rapport révèle l’existence d’une route de trafics d’armes et d’êtres humains

18 juillet 2012

Selon un rapport présenté le mois dernier par le Groupe de monitoring sur la Somalie et l’Erythrée au Conseil de sécurité de l’ONU - qui a fuité en début de semaine -, un trafic d’armes et de personnes provenant d’Erythrée se déroule avec la collusion des autorités. Une route de contrebande d’armes appuyée sur un trafic de réfugiés érythréens part des collines de l’Erythrée, traverse les camps de réfugiés du Soudan et se prolonge jusqu’au désert du Sinaï. Les milliers de migrants érythréens kidnappés dans les camps de réfugiés sont torturés et rançonnés par des gangs criminels, avec la complicité de l’Etat érythréen.


La route de trafics en tous genres évoquée par le rapport permet au terme du voyage de délivrer des armes à des groupes armés, le plus souvent palestiniens et basés à Gaza. Selon l’enquête, cette industrie est contrôlée par un groupe de responsables militaires et gouvernementaux érythréens ainsi que par des gangs criminels égyptiens et soudanais (comme le groupe Rashayda). Ces trafics, qui génèrent plus de 10 millions de dollars par an, fournissent des fonds au régime érythréen. L’Erythrée viole ainsi le régime de sanctions internationales, imposé en 2009 en raison de son soutien actif au groupe islamiste somalien du Chebab. Ces sanctions interdisent la vente d’armes et d’équipement militaire à l’Erythrée et interdit au pays d’en exporter. Même si l’Erythrée nie toute implication, les auteurs du rapport affirment que le degré de corruption nécessaire au trafic sur la frontière occidentale du pays et l’étendue de l’exode des réfugiés sont tels qu’il est impossible qu’il n’y ait pas de collusion.

Le rapport désigne en particulier le général Teklai Kifle ‘Manjus’, le commandant de la zone militaire occidentale de l’Erythrée, comme le responsable direct de ces trafics, ce qui est confirmé par de multiples sources en Israël et dans le Sinaï ainsi que des intermédiaires. Il s’agit le plus souvent d’armes russes, en particulier des Kalashnikov. La plupart porte les inscriptions d’unités militaires érythréennes auxquelles elles appartenaient auparavant. Avi Granot, le responsable de la division Afrique du ministère des Affaires étrangères israélien, nie toute connaissance de pénétration d’armes érythréennes dans le Sinaï, et ce malgré des rapports onusiens qui affirment qu’Israël et l’Egypte ont coordonné une attaque aérienne contre un convoi d’armes dans le Sinaï égyptien en 2010.

Les trafics qui ont lieu avec la participation des autorités érythréennes sont symptomatiques de la situation dans le pays. L’Erythrée, malgré une pauvreté extrême, rejette toute aide étrangère, même alimentaire. Malgré une population d’à peine plus de 5 millions d’habitants, elle possède l’une des plus grandes armées d’Afrique. Le président érythréen Issayas Afewerki justifie cette politique par la menace d’un nouveau conflit contre l’Ethiopie. Les deux pays se sont affrontés pendant trois décennies d’une guerre qui a abouti à l’indépendance de l’Erythrée par rapport à l’Ethiopie en 1993 avant d’entrer en conflit à nouveau entre 1998 et 2000.

Face à ces conditions misérables, de nombreux érythréens quittent le pays et sont susceptibles d’être pris dans le trafic d’armes et d’êtres humains. L’ONU estime que 3 000 personnes sont parties chaque mois de l’année 2011. La plupart partent pour l’Ethiopie ou le Soudan et souhaitent bien souvent rejoindre Israël à terme. Le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies estime que 60 000 érythréens sont passés de l’Egypte en Israël entre 2009 et 2011.

Sources : The Guardian, The Guardian, Irish Times

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Brèves

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0
compazine supp 25mg cardura hytrin toradol nih zoloft in urine walmart depakote gleevec manufacturer lipitor bowel movements tricor benicor combivent 200 celebrex cost australia epogen cost coumadin infection generic for lumigan in new york generic discount bactrim clonidine topical http://www.region-limousin.fr/?buy=793081 sulfur dexamethasone vitamin d prilosec arimidex migraines in canada darunavir hiv zyrtec new http://www.region-limousin.fr/?buy=199508 about toncils infection amoxicillin diverticulitis levaquin medifast versus slimfast zantac action robaxin prednisone sleepy z melatonin invega paliperidone clonidine for psych elavil ultram tachycardia http://www.region-limousin.fr/?buy=36523 clomid fertilty in california combivent inhaler asc exelon files zyprexa lawsuits settled lovaza omega naltrexone buy online cephalexin nephrotoxicity prilosec prescription order diovan reimbursement programs medrol heart palpitations recovering from amoxicillin http://www.region-limousin.fr/?buy=467817 http://www.region-limousin.fr/?buy=659033 ecstasy aleve in india online pravachol canada more info aciphex proper diet http://www.region-limousin.fr/?buy=5354 medrol pak oral in uk abilify isoniazid asthma attack prednisolone more info b paxil b information playing slots invegas info about melatonin suplement