affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Brèves > HWR dénonce les violations commises à l’encontre des Ghanéens atteints d’un (...)

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Brèves

HWR dénonce les violations commises à l’encontre des Ghanéens atteints d’un handicap mental

2 octobre 2012

Dans un rapport publié aujourd’hui (« Like a Death Sentence : Abuses against Persons with Mental Disabilities in Ghana »), Human Right Watch souligne les abus commis à l’encontre des personnes atteintes d’handicaps mentaux. Le gouvernement ghanéen ne soutient guère ces personnes dans leur vie quotidienne, où elles sont victimes d’abus de la part des camps de prière (centres de guérison spirituelle), et au sein des établissements psychiatriques, dans lesquels elles sont bien souvent internées contre leur gré. Au Ghana, les personnes atteintes d’un handicap mental seraient 3 millions, dont 1 millier de personnes accueillies dans les trois hôpitaux publics du pays.


Human Rights Watch déplore dans son rapport du 2 octobre les conditions de vie des handicapés mentaux au Ghana : ces derniers, discriminés et stigmatisés dans leur communauté, n’ont accès à aucun traitement médical. Ils sont souvent enchaînés à des arbres sous une chaleur étouffante, ou forcés à jeûner pendant des semaines dans le cadre d’un « processus de guérison ». Les trois hôpitaux publics du pays prennent certes en charge les personnes atteintes d’handicaps mentaux, mais dans des conditions désastreuses voire inhumaines.

170 témoignages ont été récoltés par l’Organisation internationale : parmi les personnes interrogées se trouvent les personnes atteintes d’un handicap mental, leurs proches, les prestataires de soins de santé, certains agents du gouvernement et des membres d’ONG locales et internationales présentes au Ghana. Au-delà des conditions sordides dans lesquelles les hôpitaux publics se chargent des personnes atteintes d’un handicap, il existe des camps de prière. Ces derniers ne subissent aucun contrôle de la part du gouvernement et sont gérés par des prophètes autoproclamés. Les conditions y sont encore plus atroces que dans les hôpitaux psychiatriques. Les personnes atteintes d’un handicap mental n’ont aucun droit et souffrent de maltraitances.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées a été ratifiée par le Ghana en Juillet 2012 : des mesures doivent ainsi être adoptées par le gouvernement. Les personnes atteintes d’un handicap mental devront ainsi prendre d’elles-mêmes des décisions importantes concernant leur vie quotidienne, à savoir leur internement ou non dans un hôpital psychiatrique. Ces dernières peuvent contester leur internement en vertu de la loi ghanéenne sur la santé mentale entrée en vigueur en juin 2012. Il existe néanmoins un vide juridique concernant les camps de prière : les personnes qui y sont « internées » (bien que ces derniers ne soient pas officiels), n’ont droit à aucun recours pour demander leur libération. Selon cette loi, l’internement, le traitement forcé et la mise sous tutelle sont privilégiés par rapport aux prises de décisions accompagnées, ce qui limite grandement l’autonomie des personnes handicapées et entrave la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

HRW incite donc le Ghana à mettre en place des services d’aide communautaires, en ce qui concerne les domaines du logement et de la santé. HRW demande également au pays de réglementer les structures d’accueil des personnes atteintes d’un handicap, afin de pouvoir contrôler les « camps de prière » et les empêcher de retenir contre leur volonté les personnes handicapées.

Sources : Human Rights Watch ; Slate Afrique

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Brèves

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0