affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Brèves > En RDC, les groupes armés rebelles font la loi à l’Ouest du pays

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Brèves

En RDC, les groupes armés rebelles font la loi à l’Ouest du pays

24 octobre 2012

Depuis plusieurs mois s’affrontent plusieurs groupes opposés à Joseph Kabila. Situés pour la plupart dans le Nord-Kivu, à l’Ouest de la RDC, la vingtaine de factions rebelles s’opposent notamment pour le contrôle des ressources de cette région, la plus riche du monde en métaux et minerais rares. Sous couvert de vouloir « renverser Kabila et de construire un Congo juste », les soldats, dont beaucoup sont des dissidents de l’armée congolaise régulière font régner leur loi dans une zone abandonnée par Kinshasa et les Casques Bleus.


Ces derniers, présents dans la région depuis 1999 dans le cadre d’une mission de maintien de la paix, se sont retirés quand Bunagana, ville située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière ougandaise est tombée, le 6 juillet dernier, aux mains du groupe M23. Si un paysan de la région juge les Casques bleus « peureux et inutiles », le champ est laissé totalement libre aux rebelles, notamment à ceux du M23.

Le nom du groupe armé M23 fait référence au 23 mars 2009, date d’un accord de paix entre le gouvernement de la RDC et le Congrès national pour la défense du peuple, mouvement pro-tutsi, visant à intégrer les hommes de ce dernier, dans l’armée. Une partie de ces soldats s’est mutinée sous prétexte de non-respect de l’accord. Cette faction tient notamment le village de Nkwenda. Si le jour, les chefs du M23 tiennent à ce que leurs hommes laissent les villageois en dehors des combats les opposant aux autres groupes, à grands renforts d’AK-47 et de mortiers, la nuit la situation change radicalement. Viols, pillages, passages à tabac, autant d’exactions qui ont conduit nombre d’habitants du Nord-Kivu à fuir dans la quarantaine de camp de réfugiés présents dans la région depuis avril et qui compteraient environ 250 000 habitants.

Le M23 est composée en grande partie d’ (ex-)enfants-soldats. Leur recrutement est simple : les soldats enlèvent les enfants qui viendront grossir leurs rangs si leur famille ne paie pas de rançon. La branche politique du M23 est installée à Bunagana, à la frontière ougandaise. Le Rwanda et l’Ouganda, frontaliers du Nord-Kivu sont fortement suspectés de fournir aux divers es factions des hommes en échange des ressources extraites des mines contrôlés par les différents groupes rebelles.

Mardi 23 octobre, cinquante-quatre joueurs et membres de deux clubs de football du Nord-Kivu avaient été pris en otage par les hommes du M23, parce qu’ils avaient utilisé, selon les rebelles, un bus appartenant à un général des Forces armées de la RDC. Les otages ont été libérés en fin d’après-midi après intervention des responsables de la Monusco, la Mission de l’Onu pour la stabilisation en RDC. Trois prêtres ont également été enlevés le 19 octobre, dans leur paroisse. Les ravisseurs dont l’identité n’est pas connue, n’ont pour le moment fait part d’aucune demande ou revendication.

Sources : La Croix, Direct.cd, MediaCongo

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Brèves

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0