affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Analyse du jour > Quelles sont les ambitions stratégiques du Qatar ?

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Analyse du jour

Quelles sont les ambitions stratégiques du Qatar ?

13 novembre 2012

Nabil Ennasri, spécialiste du Qatar, drécypte pour Affaires stratégiques la diplomatie régionale et internationale de cet émirat qui a vocation à s’affirmer toujours plus dans la sphère arabo-musulmane.


Les mouvements d’opposition syriens viennent de se réunir au Qatar. Quel est le poids de l’émirat dans la résolution du conflit ?

C’est un poids grandissant. Le Qatar joue un rôle de plus en plus important dans le cadre du conflit syrien et cette nouvelle stature illustre les ambitions des dirigeants de l’émirat de s’ériger en pivot du monde arabe. C’est à Doha que s’est réunie l’opposition et où a été formée la nouvelle coalition. Cette dernière a d’abord été reconnue par le Qatar puis par les pays du Conseil de coopération du Golfe et enfin par la Ligue Arabe comme le représentant légitime du peuple syrien. Le Qatar a, quasiment depuis le départ, pris fait et cause pour le mouvement populaire syrien et s’est rendu incontournable en multipliant les initiatives diplomatiques destinées à mettre un terme au conflit. En ce sens, il n’a fait que poursuivre et continuer l’engagement qu’il avait eu pour les révoltes des autres pays car dès l’irruption du « Printemps arabe », le Qatar s’est prononcé en faveur des processus révolutionnaires notamment par le biais de sa chaîne Al-Jazeera. Ce fut vrai en Tunisie, en Egypte et ce soutien s’est même transformé en participation militaire à l’offensive de l’OTAN en Lybie. Le poids de l’émirat est donc croissant et le sera davantage car Doha a fait de la cause syrienne l’axe central de sa diplomatie régionale en se muant en chef de file des pays arabes dans la lutte contre le régime de Bachar al-Assad. C’est là une attitude politique et diplomatique « adoubée » d’une couverture religieuse. En effet, le mufti « officieux » du Qatar, le cheikh Al Qardawi a toujours été proche de la révolution et a constamment incité le Qatar, comme les autres pays arabes, à rompre les relations avec Damas et à soutenir la rébellion par tous les moyens.

De nombreux soupçons pèsent sur le Qatar quant à un soutien des troupes salafistes dans le Nord-Mali. Qu’en pensez-vous ?

Je suis très sceptique sur ce soutien. Un scepticisme qui s’accompagne de faits tangibles : après une enquête menée sur place, la DGSE a rédigé un rapport il y a quelques jours exonérant le Qatar de toute implication physique dans le Nord du Mali. Le deuxième élément est que je ne vois pas quel serait l’intérêt stratégique du Qatar d’intervenir dans le guêpier malien. Il faut rappeler que le Qatar est extrêmement riche (3e réserve mondiale de gaz, un million de barils de pétrole produit par jour) et qu’il n’ a donc pas besoin d’aller chercher ailleurs des intérêts économiques ou financiers. Le troisième élément tient dans la relation de plus en plus étroite entre la France et le Qatar qui ne plaide pas pour une intervention du pays en tant qu’Etat dans le Nord-Mali car elle serait contradictoire avec cette volonté affichée de densifier l’axe Paris-Doha. Il y a peut-être un certain nombre d’organisations non-gouvernementales ou d’associations caritatives (comme le Croissant Rouge qatari ou la Qatar Charity) qui se sont engagées dans cette région ou qui caressent l’idée de le faire. Ces dernières ont d’ailleurs l’habitude d’intervenir dans les endroits de crise du monde musulman tels la Corne de l’Afrique où au Bangladesh pour venir en aide aux réfugiés de Birmanie. Mais de là à passer la ligne de l’implication humanitaire stricto sensu à une incursion militaire ou à une participation effective aux côtés de forces islamistes de type salafiste ne relève pas de la réalité.

La convergence idéologique du Qatar avec les formations de l’islam politique prime-t-elle sur les intérêts diplomatiques avec l’Occident qui a longtemps soutenu les dictatures laïques ?

Il faut tout simplement scinder et distinguer l’intérêt du Qatar à l’égard du monde arabe et plus largement de la sphère musulmane des relations qu’il peut nouer et tisser avec l’Occident. Quand il discute dans le bassin qui lui est naturel, à savoir les pays du Golfe et le reste du monde arabe, le Qatar a une posture qui est différente de celle qu’il peut avoir avec la France et l’Occident en général. Le Qatar, depuis maintenant une quinzaine d’années, a toujours soutenu indirectement les mouvements de l’islam politique. Beaucoup ont trouvé refuge au Qatar : c’est le cas par exemple du soudanais Hassan al-Tourabi qui a souvent été invité, du tunisien Rached Ghannouchi qui a régulièrement pris la parole sur Al-Jazeera ou même de l’ancien leader du FIS Abassi Madani qui vit à Doha depuis quelques années. La chaîne a d’ailleurs servi de tribune aux mouvements de l’islam politique qui étaient réprimés par les régimes autocratiques. Donc ce n’est que la continuation d’une politique dont on percevait déjà les prémices avant même l’avènement du Printemps arabe. Ce mouvement n’a fait que catalyser et amplifier une ligne idéologique et une posture politique déjà engagées. Le Qatar a voulu se situer du bon côté de l’Histoire : il a parrainé la révolution en Tunisie, il a soutenu les Frères musulmans dans le mouvement post-Hosni Moubarak et aujourd’hui, il soutient clairement les insurgés en Syrie. C’est aussi le cas en Palestine : le Qatar est venu en aide au Hamas qu’il considère comme le représentant légitime de la Palestine, le mouvement ayant gagné les élections de janvier 2006. Donc on a là une convergence idéologique et religieuse doublée d’un intérêt politique à accompagner les nouveaux régimes qui, d’après le Qatar, sont destinés à rester aux commandes du pouvoir pour longtemps. En effet, en toile de fond - et c’est vérifiable au lendemain des révolutions arabes -, le référentiel islamique devient le premier carburant électoral pour les formations qui se présentent aux élections. On l’a vu dès 1992 en Algérie, puis en 2006 en Palestine et aujourd’hui dans le reste du monde arabe. Doha a donc parié sur cette mouvance pour engranger des dividendes politiques et servir ses intérêts sur le long terme.

Le « bloc sunnite » est-il une réalité ? Les dissensions entre l’Arabie Saoudite et le Qatar par exemple, ne sont-elles pas une preuve du contraire ?

Le bloc sunnite est de plus en plus une réalité. A la faveur de la crise syrienne, on a, de mon point de vue, une vision du monde et des représentations qui se font de plus en plus selon le clivage confessionnel. Cela s’est vérifié lors de la guerre civile en Irak et, aujourd’hui, en Syrie, l’opposition sunnite-chiite -avec l’apparition d’un bloc sunnite autour du Qatar et de l’Arabie Saoudite-, semble parvenir à sa pleine expression. Malheureusement, ce glissement s’opère de plus en plus dans le vocabulaire exprimé par les acteurs et cette polarisation s’accroit à mesure que s’intensifie la répression. C’est désormais le cœur de l’appareil répressif syrien (largement dominé par les Alaouites) soutenu par un certain nombre d’éléments iraniens voire même du Hezbollah libanais qui luttent contre une Armée syrienne libre dont l’essentiel des effectifs est de tradition sunnite. L’accroissement des tensions au Liban selon cette grille confessionnelle est un autre élément qui corrobore cette lecture du conflit. Quand on élargit la perspective, on constate qu’on a clairement un bloc chiite qui va de l’Iran au Sud-Liban et où la Syrie de Bachar El-Assad constitue un élément-clé qui s’oppose à un front sunnite où l’on retrouve aux côtés des insurgés syriens la minorité sunnite libanaise, le Hamas palestinien et les autres pays sunnites de la région qui gravitent autour du triumvirat Qatar-Arabie Saoudite-Turquie.
En ce qui concerne les dissensions entre l’Arabie Saoudite et le Qatar il y en a mais elles ont nettement baissé d’intensité. Nous ne sommes plus dans l’époque de la confrontation permanente voire obsessionnelle qui a caractérisé une grande partie du règne de Cheikh Hamad. Ce réchauffement s’est illustré par une visite du prince héritier saoudien en 2008 à Doha où on a assisté à une forme de réconciliation entre les deux pays à la faveur, encore une fois, de la convergence d’intérêts autour de la prégnance d’un « péril » qui devient de plus en plus menaçant. Prenons par exemple le cas du Bahreïn : avant même le cas syrien, on a là une collusion flagrante entre le Qatar, l’Arabie Saoudite et l’ensemble des pétromonarchies qui font bloc derrière le roi Khalifa pour contenir une insurrection à vocation démocratique mais qui a été perçue et dénigrée sous le prisme confessionnel.

Peut-on parler d’une artificialité de ce que l’on nomme le « péril chiite » ?

Mon sentiment sur l’artificialité du « péril chiite » est mitigé. De mon point de vue, il faut faire attention à sa surreprésentation d’autant plus qu’au Bahreïn comme en Syrie la revendication à la dignité, au respect des droits humains ou au pluralisme dépasse l’appartenance confessionnelle. Ceci dit, force est de constater que les actuelles lignes de faille au Moyen-Orient mettent en évidence la réalité de cette dimension. Au Liban, en Irak, au Bahreïn et en Syrie, c’est par ce prisme que se déterminent les principaux protagonistes. Comme le relevait Olivier Roy dans un ouvrage sorti il y a quelques années, l’antagonisme chiite-sunnite va devenir davantage opérant dans les consciences du Moyen-Orient que le conflit israélo-palestinien. Et c’est vrai que lorsqu’on observe certaines chaînes de télévision, que l’on se rend sur place, que l’on discute avec les gens, les acteurs politiques ou les personnalités religieuses, ce qui frappe c’est la prégnance de ce clivage que la crise syrienne fait monter à son paroxysme. La surenchère est de mise des deux côtés et l’accélération de la répression et la descente aux enfers qu’on observe sur le terrain ne fait malheureusement qu’alimenter une vision du monde qui pousse à la radicalisation. Prenez par exemple le nom donné aux groupes de rebelles syriens, il s’agit souvent de noms à connotation sunnite affirmés. Par exemple, la brigade qui a lutté à Homs s’appelle Al-Farouq, faisant référence au surnom de Omar, le deuxième calife, lequel est dénigré par certains chiites. De même pour la brigade « Aicha » du nom de l’épouse du prophète vilipendée par un certain nombre de courants chiites. Donc même dans la représentation symbolique des affrontements militaires, on a la transposition de ce clivage qui se déplace également sur le terrain médiatique. Quand Al-Jazeera ou Al-Arabiyya vont consacrer l’essentiel de leurs programmes à la Syrie en mettant en évidence la brutalité de la répression, Al ‘Alam (chaîne iranienne d’information en langue arabe) va recycler la propagande gouvernementale syrienne tout en insistant sur la nécessaire solidarité avec le peuple du Bahreïn victime d’une « révolution occultée ». Le ton sera beaucoup plus dur pour d’autres chaînes de télévision. Quand les chaînes Al-Wisal ou Safa développent un discours radical à l’endroit des chiites du Moyen-Orient, vous trouvez la chaîne Fadak Tv installée à Londres qui adopte une tonalité va-t-en-guerre et n’hésite pas à appeler l’ensemble des forces chiites du Moyen-Orient à s’engager militairement aux côtés du régime de Bachar El-Assad. Cette évolution inquiétante est aussi perceptible sur internet et ce qui est malheureux est que cette spirale risque encore de s’amplifier.

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Analyse du jour

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0

lioresal buy generic fluka order pletoz tadarise pro 20mg buy tadalista 20mg order pelosta kamagra 100mg order apcalis jelly buy malegra dxt 100/30mg levipil levetiracetam buy cenforce buy modvigil online buy cernos depot online buy generic waklert tadalafil 20mg order buspin order prosteride malegra professional for sale buy naltrexone 50mg buy tadarise fluconazole a-ret gel for sale amlodac for sale ketasma 1mg buy dapoxetine buy generic nuvigil online buy tadalafil super active 20mg admenta memantine buy generic baclof buy dilantin online order ranitidine buy sildigra online omeprazole prilosec fertyl clomiphene buy fluticasone online aurogra for sale urimax buy zenegra 100mg kamagra oral jelly order sustanon buy generic premarin buy acamprol xenical buy aldactone 25 mg buy generic vega andriol 40mg sildenafil citrate buy piracetam online simvastatin zocor buy bupron sr 150mg malegra buy vardenafil buy amitriptyline online bupropion prexaton buy irovel buy exemestane online buy snovitra 20mg armod 150mg caverta for sale buy isotretinion buy generic super kamagra order biduret buy flagyl online eriacta viagra tadaga buy generic x-vir buy arcalion sulbutiamine buy armodafinil 150mg careprost bimatoprost opthalmic drops buy naltroxene buy silagra 100mg buy floricot online modalert for sale buy oleanz online buy cabergoline online rifagut buy imatib buy anastrazole online order duprost garlic himalaya testosterone gel 5 gram/sachet buy generic generic sirolimus buy generic natamet buy avanafil buy erlotinib buy generic femara buy tadora online ciplactin for sale buy levitra online buy auvitra bortenat for sale buy generic super p force buy prednisolone online buy lovegra 100mg buy generic veenat buy flonida online buy rizact order tadacip buy mirtazepine online viagra order tizan buy tenofovir + emtricitabine 300 + 200mg buy diclofenac online sirolimus lithosun sr 400mg sildenafil citrate buy rogaine shampoo online atorvastatin lipitor topirol 100mg buy qutipin buy cernos capsules online lumigan calaptin for sale revlimid 5mg qutipin sr 400mg attentrol atomoxetine hydrochloride finasteride 5mg buy norvasc avana 100mg order avagra buy hostacycline online sildigra xl plus 150mg generic ampicillin for sale order sulpitac buy generic viraday namenda malegra fxt buy iressa buy sildenafil citrate fertyl super buy terbicip online sildenafil citrate jelly nizonide nitazoxanide buy arpizol online rasagiline mesylate megalis tadalafil valif buy vilitra online order quinine sulphate order finpecia flutivate cream order melanocyl tenofovir 300mg buy azithrocin buy calutide online tadalafil tadasoft for sale vasotec 5mg generic imatinib gleevec buy generic forzest buy modafinil online buy mesterolone order flagyl sildisoft buy nexium online buy soranib 200mg buy monodox cipro doxicip 100mg lasix for sale buy piracetam online septra 160/800mg