affaires-strategiques.info

Accueil du site > Toutes les rubriques > Analyse du jour > Une ambassadrice birmane pour l’ONUSIDA : la riposte au sida et la lutte (...)

RSS 2.0 Suivre la vie du site


Analyse du jour

Une ambassadrice birmane pour l’ONUSIDA : la riposte au sida et la lutte contre les discriminations en Birmanie

3 décembre 2012

Par Jeanne Perrin, diplômée d’IRIS SUP’

Objectif : discrimination zéro. Tel est le credo du Programme commun des Nations Unies sur le sida (ONUSIDA), qui vient de faire d’Aung San Suu Kyi son Ambassadrice mondiale quelques jours seulement avant la Journée Mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre. Pour Michel Sidibé, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, c’est une évidence : « Des petits villages aux grandes villes, de l’Afrique à l’Asie, les gens parlent de Daw Aung San Suu Kyi. Elle est une source d’inspiration »¹. Pour la Présidente de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), c’est un honneur. Sa nomination n’est cependant pas une surprise : celle qui « aimerai(t) être la voix des sans-voix » a toujours été très engagée auprès des personnes atteintes du sida dans son pays, l’un des plus touchés par l’épidémie en Asie².


On estime à 240 000 le nombre de personnes porteuses du VIH en Birmanie³. Le sida y est l’une des premières causes de mortalité, avec le paludisme et la tuberculose. Cette situation est d’autant plus préoccupante que le système de santé a été, pendant des années, placé sous la responsabilité directe de la junte militaire, restreignant au possible l’accès aux soins et limitant l’intervention de la communauté internationale. Le budget de l’Etat consacré à la santé représente 2% du PIB, ce qui a valu au système de santé birman d’être classé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme l’un des plus faibles au monde – 190ème rang mondial sur 191. La paralysie dans laquelle il a été plongé durant des décennies, avec une prévention inexistante et un manque cruel de moyens⁴, s’est accompagnée d’une discrimination envers les populations les plus à risque. Prostituées, toxicomanes, homosexuels, ont été et sont encore la cible d’une stigmatisation qui entrave leur accès à la prévention et aux soins.

« Se libérer de la peur » : ces mots d’Aung San Suu Kyi résonnent ici plus que jamais. La peur sociale, liée au sida, éloigne et isole les populations séropositives du reste de la société. C’est cette discrimination même que la Dame de Rangoun entend combattre, et qu’elle a toujours combattue, depuis le début de l’épidémie. Son rôle désormais sera de plaider auprès de la communauté internationale pour l’élimination de la stigmatisation et de la discrimination des personnes séropositives. Il y a quelques années déjà, face à une pénurie préoccupante de moyens et une absence totale de prise en charge par l’Etat, son propre parti la LND avait ouvert plusieurs cliniques gratuites. Ces centres de soins, gérés par des volontaires, apportent un soutien médical mais aussi psychologique à une population en marge de la société. Phyu Phyu Thin, membre de la LND et militante pour les droits humains, est la fondatrice de l’un d’entre eux. Son centre accueille une centaine de personnes contaminées, souvent rejetées par leur propre famille. En 2007, l’ONG People In Need lui attribue le Prix Homo Homini, pour son combat en faveur des malades du sida. Son centre fera l’objet d’une visite d’Aung San Suu Kyi, quatre jours à peine après sa libération en novembre 2010⁵, au cours de laquelle l’opposante birmane réaffirmera son soutien à ces populations en détresse.

En Birmanie, plusieurs cliniques comme celle-là ont vu le jour depuis 2005, avec le soutien d’ONG internationales implantées dans le pays. Que ce soit grâce à Médecins Sans Frontières ou Médecins du Monde, ces centres proposent un dépistage gratuit et des traitements antirétroviraux aux cas les plus avancés. Les populations les plus touchées le sont surtout et d’abord par manque d’information⁶. Méconnaissance de l’épidémie, de sa transmission, du dépistage et des éventuels traitements, tel est le véritable fléau du sida. C’est pourquoi les centres de santé mènent des actions de sensibilisation et forment leurs propres patients, prostituées et usagers des drogues, sur les modes de contraction du virus. Ces « éducateurs de santé » sont chargés, à leur tour, de délivrer autour d’eux des messages de prévention. Certains distribuent des préservatifs, d’autres des seringues stériles. Ainsi se crée un climat de confiance et de responsabilisation primordial dans cette lutte contre le VIH. L’intégration des personnes séropositives est l’une des missions du Myanmar Positive Group, le réseau national des personnes atteintes du sida : « Les personnes infectées et vivant avec le VIH connaissent mieux que quiconque ce qui marche et comment arriver au meilleur résultat », déclare le président du groupe⁷. Cette démarche s’inscrit dans le programme fixé par le Plan stratégique national de lutte contre le sida lancé par le Ministre de la Santé, Dr Pe Thet Khin, en juin 2011. Ce plan engage le gouvernement à travailler de concert avec les ONG, les communautés et les associations pour atteindre l’objectif d’un accès universel aux services anti-VIH d’ici 2015.

Un tournant est en train de s’opérer en Birmanie. La riposte au sida est engagée, les taux des nouvelles infections ont diminué sensiblement, mais le pays devra faire face à un certain nombre de défis majeurs : les sources de financement sont encore très limitées, les lois punitives et les pratiques discriminatoires envers les populations touchées doivent être réformées. Il ne peut y avoir d’accès à la santé sans respect des droits de l’homme : les deux sont inextricablement liés.

1. Source : ONUSIDA, 20 Novembre 2012.
2. Source : ONU, 2005.
3. Source : ONU, chiffres 2010.
4. Voir à ce sujet l’article d’Hélène LEBRETON : « La santé pour tous ? », in Birmanie contemporaine, sous la direction de Gabriel DEFERT, éd. IRASEC, Les Indes Savantes, 2008.
5. Le 17 Novembre 2010, Aung San Suu Kyi visite le centre géré par Phyu Phyu Thin, à Rangoun. Lors de sa visite, la Dame promet qu’elle fera tout pour obtenir davantage d’aides et combattre la discrimination des malades du Sida.
6. Selon Médecins Du Monde, 55% des toxicomanes sont séropositifs dans la région du Kachin.
7. Myo Thant Aug, Président du Myanmar Positive Group, cité par ONUSIDA, mai 2012.

 

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami


Dans la même rubrique

 
 

archives  Analyse du jour

afficher archives loupe

 
 

Qui sommes nous ?

L’IRIS - Institut de relations internationales et stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations "affaires-strategiques.info".

Suite...


 
 
 

Brèves

Alors que l’Afrique centrale a connu de nombreux remous récemment, notamment en République centrafricaine, le GRIP publie une note d’analyse étudiant le rôle du Tchad dans la stabilisation de cette région et son possible statut de puissance régionale.

Suite...


 
 

Home page  | Contact  | Plan du site  | Mentions_legales  | Suivre la vie du site RSS 2.0